Défauts de paiements et défauts de puissance

http://www.icone-gif.com/gif/drapeaux/ukraine/3Ukrania-super-ukraine_hw.gifNous avons déjà évoqué le rôle du FMI en tant qu'outil de mondialisation des grandes puissances, qui, malgré la réalité incontournable des pays émergents, se refusent de faire une place aux autres forces qui font aussi bouger le monde. Cela multiplie les micro-FMIs un peu partout dans le monde et des forces de financement régionales mettant de plus en plus en difficulté le FMI occidental. Le veto américain contre les réformes du FMI demandés par les pays émergents est parlant : la compétition face à l'entente.

Le cas Ukrainien est semblable à celui de la Grèce, à une différence près, ce que les Grecs étaient seuls devant la Troïka. Dans tous les cas, lorsque le feu de la dette embrase les réseaux économiques d'un pays, le FMI attend pour intervenir en sauveteur, cela rapporte certes, mais il ne faut pas intervenir en n'importe quelles conditions. Et de surcroit, le rapprochement avec l'Europe est un requis, moyen de contrôle et de pérennisation des rapports de force et de dépendance. L'avantage des pays qui siègent avec puissance au sein du FMI, lequel leur donne une autre alternative au sein de l'Europe, est moqueur voire insultant. Concernant l'Ukraine le rapport du FMI nous dit :

ENERGIE : hausse progressive du prix du gaz de ville en Mai 2014 de 56% (du gaz de chauffage de 40%) pour Juillet 2014. Tous les ans ces mêmes prix devront être rehaussés de 40% jusqu'à 2017. Changer le mode d'intervention de Naftogaz, qui vend à perte et présente un déficit constant. Aider les familles les plus démunies (27% des ukrainiens) qui ne pourront pas se chauffer au gaz.

BANQUE CENTRALE : Taux de change flottant pour la monnaie nationale, lévée des toutes les restrictions aux transactions et aux échanges pour Juillet 2014. Contrôle de l'inflation à partir de Mai 2015.

SYSTEME FINANCIER : évaluation des fonds propres des banques, avant le 31 Juillet pour les plus importantes. Contrôler que les grandes banques respecteront le ratio de solvabilité Tier 1 de 7% en Février 2015. Réduire le déficit budgétaire gouvernemental et des collectivités territoriales à 5,2% du PIB en 2014, 4,2% en 2015 et 3,1% en 2016, en réduisant les dépenses. Le déficit estimé actuel est de 8,15%. Bloquer les salaires et les retraites pour le secteur public programmées en juillet et octobre, geler les embauches des fonctionnaires.

REFORMES STRUCTURELLES : Ajustements législatifs contre la corruption avec effets sur le système judiciaire, les impôts et le climat des affaires. Simplifier la gestion du contrôle des entreprises.

Pour lire le rapport complet, en Anglais bien sûr, sur l'aide financière proposée à l'Ukraine et les conditions que le FMI lui a exigées :  rapport-FMI.

A.A.