Un plan de 10 axes pour la relance

Ce plan du Ministère des Finances Hellénique est le socle des engagements mais aussi les projections des scénarii qui ont été pris en compte pour l’évaluation des réformes structurelles grecques.

  1. Amélioration des conditions de financement visant l’économie réelle

Les conditions du succès de cet objectif du plan repose sur :

  • le retour aux banques grecques du waiver par la BCE, qui permet aux banques d’emprunter en hypothéquant les obligations d’Etat,
  • la réduction du « haircut » des hypothèques grecques et
  • l’admission des obligations du EFSF (European Financial Stability Facility) au programme d’achat par la BCE.
  1. Le règlement de la dette

Pour l’essentiel, ce qui suit vise la suppression des incertitudes qui pèsent sur l’avenir économique de la Grèce.

La logique de ce plan pour le règlement de la dette s’appuie sur les accords de réaménagement de la dette de court terme à l’horizon de 2022, et sur les discussions, après 2022, sur la dette de long terme.

Ce que le gouvernement recherche est le taux faible d’emprunts de long terme, avec un plafond annuel pour les paiements entrant au service de la dette, de sorte pour que ceux-ci puissent se réaliser avec du refinancement à faible coût par les marchés.

Il est attendu, après l’évaluation sur les prérequis et les reformes, que la Grèce fasse partie du programme d’achat de ses obligations, PSPP (Public Sector Purchase Programme).

  1. ESPA

Dans ce programme de 26 Milliards (2014-2020), il y a des tâches déjà en route, d’un montant de 4 Milliards, et il est prévu encore 8 Milliards pour 2016 dans le Programme d’Investissement Publique. Priorité est donnée aux TPME/PME et aux jeunes entrepreneurs.

  1. Le plan Juncker

La Grèce, ayant présenté une liste de 42 projets pour financement, au portail européen pour de projets d’investissement, d’un montant de 5,6 Milliards. La moitié de ces projets concernent le secteur de l’énergie et les autres l’infrastructure de transport, de communications, de la recherche, de l’innovation, la création d’industries ou la remise à niveau d’industries abandonnées, ou le tourisme.

La promotion de ces investissements, pour la plupart privés, contribuera à la reconstitution des « assets » détruits ces dernières années et créera de l’emploi.

  1. La loi-cadre de développement

Priorité à l’agriculture pour la consommation intérieure en priorité et les exportations, à l’informatique et aux télécommunications entant qu’infrastructure pour la compétitivité de l’économie, de l’économie sociale et la communauté scientifique et la recherche.

  1. La dynamique de développement - Tourisme

Appui aux politiques de libéralisation de la demande touristique et à l’attractivité touristique.

  1. Recrutement dans la fonction publique

Priorité à la Santé et l’Education avec 10.000 postes après l’évaluation des réformes.

Changement de la règle embauches/départs, comme suit : « 1 embauche pour 5 départs à la retraite » en 2016, «  1 embauche pour 4 départs à la retraite » pour 2017, « 1 embauche pour 3 départs » pour 2018, « 1 embauche pour 2 départs» pour 2019 pour arriver à « 1 embauche pour 5 départs» en 2020.

Ainsi, il en résulte une marge de 3000 embauches en plus de 6500 en suspens depuis quelques années.

  1. Interventions Institutionnelles – tonus de compétitivité et de transparence – soutien aux PME

Adoption d’un cadre législatif pour l’approvisionnement public ou pour la simplification des procédures de composition et de mandat des entreprises.

Il est prévu un centre de formalités des entreprises de type one-stop-shop, ainsi qu’un système de soumission et traitement d’appel d’offres transparent basé sur les nouvelles technologies.

  1. Economie Sociale

L’économie sociale bénéficie d’une action-clé dans le programme ESPA.

Le but du plan est de réparer les carences qui ont survenu durant la période précédente avec la loi 4019/11, telles aue le travail non déclaré ou non pris en charge par le système de protection sociale ou l’organisation non démocratique, etc.

Dans une logique d’entreprenariat social seront inclus des associations civiles, fédérations, coopératives, etc., ainsi que la création de structures parallèles articulantes. Le but est la contribution de l’économie sociale dans le plan de relance économique.

  1. Conseil chargé de Développement – Stratégie

Tous les points ci-dessus s’inscrivent dans la stratégie gouvernementale pour le pays, dont la réalisation est surveillée par le Conseil de Développement dontla mission est essentiellement limitée au conseil et à la coordination, composant la liaison entre communautés scientifiques et gouvernement.

La stratégie aura des objectifs, tels que :

  • Rétablissement de la viabilité budgétaire
  • Modernisation de l’Etat et de l’Administration Publique
  • Création d’emplois
  • Soutien de la cohésion sociale
  • Valorisation des ressources et des outils de financement
  • Amélioration de la compétitivité et promotion des exportations et investissements

Les propositions stratégiques concernent le primaire, le secondaire, les immeubles et patrimoine immobilier, l’énergie, les réseaux, le tourisme, la marine, les approvisionnements et les chaînes de valeurs, l’informatique et les télécommunications.